La course oubliée !

 
Pierre nous a envoyé ce récit plusieurs fois...et nous ne l'avions pas publié. Une version moderne de soeur Anne, ne vois-tu rien venir ? Voici cet oubli réparé. Bonne lecture.
 
Triathlon CD (1500m/40km/10km) de la Ferté-Bernard (72) - 20 août 2006
Pierre CORNET

1- Olivier Philizot (RCF) en 1:57:21 (19:48/1:02:19/35:14)

...

156 - Laurent Renou (AAS Fresnes Tri) en 2:30:28 (30:47/1:12:28/47:13)
cat S 102/164 

181 - Jean-Pierre Menichetti (AAS Fresnes Tri)  en 2:34:04 (29:18/1:18:00/46:46)
cat V 57/103

202 - Pierre Cornet (AAS Fresnes Tri) en 2:37:18 (33:29/1:19:03/44:46)
cat V 65/103

266 - Patrick Burtin (AAS Fresnes Tri) en 2:50:18 (34:53/1:27:59/47:26)
cat V 92/103

291 classés-10 abandons         

www.vsf-triathlon.com

Comment faire quand on rentre de vacances le 20août et qu'on veut éviter les bouchons ?

Et accessoirement qu'on veut réviser pour le MD du Val de Reuil en ayant fait en tout et pour tout 2 triathlons Sprint dans sa vie

Réponse : On s'arrête à la Ferté Bernard pour faire un triathlon CD!!

Et là, bonne surprise, rien n'était concerté, mais  nous sommes 4 du club !

Temps chaud et variable

Beau site : base de loisir avec beau lac et grand parking, quelques kilomètres après la sortie de l'autoroute,  50 mètres maxi entre sortie de l'eau et la zone de transition, CAP autour de la base  et du Lac, vélo dans la campagne environnante sur un circuit (2 tours) ou les organisateurs ont trouvé 3 petites cotes à la pente ma foi fort respectable

Excellente organisation

Course challenge handisport (énorme respect)

La natation : comme d'hab. Je suis le seul sans combi. Il faut nager jusqu'à l'extrémité du lac pour rejoindre la ligne de départ. C'est parti pour 2 tours du parcours en triangle, avec sortie à l'Australienne entre les 2.  Il y a un peu de monde au départ (300), donc je reste derrière.

Mais j'ai toujours des problèmes avec la nage en eaux vives, je n'ai pas vraiment froid (eau à 18°)  mais je n'arrive pas à voir où je vais et j'ai du mal à respirer donc je respire d'un seul coté.

En plus je ne nage pas droit, je tire toujours vers la gauche, et comme on tourne dans le sens des aiguilles d'une montre je me retrouve 3 fois à plus de 50m à l'extérieur du parcours, donc je fais du chemin en plus.

A coté de moi il y a un gars qui nage en brasse et je n'arrive pas à le lâcher. S'il savait que  j'ai nagé plus de 10 ans en club et été 3 fois champion de Basse-Normandie sur 100 m brasse, il rigolerait bien.

Au milieu du 2éme tour, J'aperçois Patrick qui semble en difficulté, il me dit qu'il a une crampe et qu'il va finir comme il peut.

Bref je sors enfin, loin derrière, et à ce moment j'entends le speaker dire gentiment " Il y a prés d'un quart d'heure que les premiers sont sortis de l'eau, inutile de vous dire que ceux qui arrivent maintenant n'ont pas fait sport-étude natation !!"

Loin de m'abattre, cela me motive, d'autant plus que ma situation a 3 aspects positifs :

1 - j'ai les jambes en coton mais je ne suis pas très éprouvé donc je peux dois pouvoir envoyer pour la suite.

2 - je suis dans le peloton de queue, donc je peux certainement remonter des places, surtout en course à pied.

3 - étant le seul sans combi, ma douce me reconnait facilement à la sortie de l'eau et m'encourage chaudement.

Transition rapide dans le parc presque vide, départ vélo, pour un demi-tour sur la piste cyclable qui entoure le stade devant un public nombreux, avant d’atteindre la route et après 2 kilomètres c'est déjà la première cote.

Dans celle-ci, je double 5 concurrents, donc je continue à appuyer. Mon entrainement en Auvergne semble porter ses fruits et je  double régulièrement en m'appliquant à bien mouliner et à utiliser le prolongateur, cadeau de mon cousin cycliste.

Je commence à doubler des féminines et des handisports, partis 10 minutes devant. Total respect, je les encourage.

A la fin du premier tour on refait un tour complet du stade sur  la grande piste goudronnée aux virages relevés devant le public toujours nombreux.

Je pousse encore au deuxième tour, et je prends la petite averse de la journée au moment où je suis dans la descente la plus raide du circuit. Ce n’est pas grave, ça rafraichit.

Mon voisin de parc vélo me double à un moment, mais je le repasse dans le dernière cote et ne le reverrais plus. Je boucle le deuxième tour- re-passage au stade, transition correcte et attaque la course à pied plein d'espoir.

C'est un peu dur au début, Les jambes sont raides et le souffle court. Surtout que je me fais vite doubler par un groupe de fusées que je n'arrive pas à suivre, mais je comprends vite que ce sont des 'Top Gun' qui attaquent leur deuxième  tour.

Au bout d'un kilomètre, les jambes et le souffle reviennent bien et je me mets sur mon rythme marathon, 4'30 au kilo, en essayant d'être  le plus détendu et régulier possible.

Le parcours est un peu tortueux, mais plat, on fait le tour du lac et du camping et reviens sur le stade  à l'autre extrémité par un chemin ombragé.

Fin du premier tour, distribution du collier magique et c'est reparti pour l'assaut final.

Je me sens de mieux en mieux et double 5 concurrents pour un qui me dépasse.

Il y en a qui marchent  et je les encourage.

A un kilomètre de l'arrivée, un gars me double avec un maillot du RCF et le nom Kahlefeldt  inscrit en gros sans son dos. Sachant qu'on est un week end de coupe du monde, je me dis que soit c'est son petit frère où qu'il y a eu du commerce de maillot au Racing. Je l'encourage : Allez Brad ! Come on !

Et aussitôt  je le vois devant moi se plier de rire. Comme quoi on peut (aussi) rigoler en course !

C'est déjà la dernière ligne droite sur le stade, je finis à fond  en savourant. Aussitôt après l'arrivée, buffet et distribution des diplômes avec le détail des temps et classements par disciplines et catégories, belle organisation.

Ca y est, je suis CD finisher pour le première fois : Temps total 2 h 37 min (202éme), c'est ce que j'espérais dans mes rêves  les plus fous. Un peu déçu de la natation  où j'ai pour le moins un fort potentiel d'amélioration (33 minutes- 250eme temps), mais content de la course à pied (moins de 45 minutes- 100 ème temps),  c'est bien de finir sur une note positive.

Je retrouve Anne qui a apprécié le spectacle et l'ambiance et on se remet en route vers de nouvelles aventures, après cette belle journée d’été : Ce n’est pas tout ça, mais demain  on reprend le boulot...

C'est décidé, pour le Val de Reuil, j'achète une combi.