Résultats 2007


 

Pierre Cornet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre CORNET participant du Paris-Mantes 2007 , samedi 27/01

54 km à pied, ça use…compte-rendu d'une nuit blanche

km0 23h30 Les 3 fringants représentants de l'équipe Oracle Course de Coeur 2007 sommes réunis devant la mairie de Boulogne-Billancourt pour participer  au 54km du Paris-Mantes à la marche, 72ème édition.

Il y a un monde fou, 3000 personnes au départ. L'ambiance est bon enfant. On s'observe à la dérobée, tiens celui-là a pris des batons, tel autre à un camelback, celui-là a un collant léger il va sûrement courir dès le départ. Cà parle fort, y'a des rires forcés avec la petite angoisse du départ.

km0 23h59 on entre dans le sas de départ qui est le CP1 (contrôle de passage #1), ta carte est poinçonnée, tu ne peux plus reculer. Le départ est donné, la foule s'ébranle vers le pont de Saint-Cloud et puis la côte et les escaliers vers les hauts de Saint-Cloud: bouchons, bousculades, jurons, c'est parti !

km6 1h15 du mat, voici la gare de Garches où nos collègues avaient rdv le matin pour l'entrainement du samedi, une pensée pour eux ... Nous marchons d'un bon pas à 6 km/h de moyenne Le temps est super doux, on a presque trop chaud. Les repères défilent sur la carte pendant que nous avalons les kilomètres: Rocquencourt, Grille de Maintenon, Carrefour Royal ...

km19 3h05 voici le CP2 sur la Route Royale, il fait nuit noire, on attaque la forêt. Instantanément, on sait pas bien pourquoi les conversations s'arrêtent. Les frontales se mettent en marche. La p'tite Petzl que m'a prêté Panpan est super.

Chacun sa technique:
- pour Cécile, la frontale comme son nom l'indique se pose sur le front et éclaire la nuit devant elle
- pour Tuan, la frontale se tient à la main et éclaire ses pieds (ca ne l'empêche pas de se prendre une grosse flaque, mais c'est l'heure où il dort ...)
- pour Pierre la frontale se garde dans la poche pour économiser les piles (en fait il a des yeux de lynx,  il voit très bien dans le noir)

Cécile envoie fort, on a du mal à la suivre. Pierre et moi arrivons tout de même à prendre quelques relais.
Cécile est penchée en avant et allonge encore le pas. Pierre vient de trouver une astuce pour arrêter le bolide: "pause technique". On en profite aussi pour grignoter: fruits secs, graines, pain au noix. En fait, sur ce genre d'épreuve qui s'éternise, on finit par se lasser des barres chocolatées ou des en-cas sucrés en général, il faut penser à amener du salé.

On sort de la forêt et on attaque le grand plateau d'Orgeval: il est 4h25, tout en marchant Cécile décide d'envoyer un p'tit texto à Marie-Anne qui doit être quelque part dans les Alpes: 2mn après le portable bourdonne, Marie-Anne a répondu ! elle nous dit "allez, vous êtes les meilleurs" ! mais qu'est-ce qu'elle
fait à cette heure là ? déjà réveillée, pas encore couchée ? mmmhhh

km29 5h04 on arrive au lieu-dit Les Alluets, c'est le premier ravitaillement avec les fameux gobelets de  soupe ! Puis se profile la côte de Maule, une descente infernale de 2.5 km. Ce coup-ci c'est Pierre qui a des ailes: on se met tous à courir comme des malades et on descend la pente à 11km/h de moyenne

km34 6h15 voici Maule, c'est le CP3, un p'tit coup de tampon sur ma carte, merci ma'am.
Y'a une certaine effervescence car c'est aussi le point de départ du 20km vers Mantes.

On atteint la marque du marathon: tu vois Cécile tu as maintenant un temps de référence à battre sur 42,2km: 7h15
Puis tout à coup c'est le drame, Cécile qui se plaignait depuis un certain temps, a soudain super mal au dos au niveau des lombaires, dos bloqué, on est obligé de ralentir. Je lui prends son sac qui pèse un âne mort et on avance tant bien que mal jusqu'à Senneville

km46,5 8h05 voici Senneville et le ravitaillement numéro 2, toujours la bonne soupe et il fait encore nuit.
Le coeur serré, nous laissons Cécile au troquet du coin, pour finir la course jusqu'à Mantes et revenir la chercher avec la voiture.

km54 09:30 le jour est levé sur Mantes. Les derniers kms sont durs mais bien meilleurs que l'année dernière, nous avons pu remonter pas mal de marcheurs et même sprinté un peu sur les derniers mètres pour arrondir le temps à 9h30 (55mn de mieux que l'année dernière).Tout le monde est fourbu, nous content d’être finisher au bout de la nuit, même pas mal aux pieds! 

voilà,  Tuan - envoyé spécial engagé dans le Paris-Mantes 2007


Hervé PERRIN, Dimanche 21 janvier 2007.

Pour les licenciés du monoathlon, c'est la pleine saison du cross.
Et ce week-end, c'était les championnats départementaux. Le neuf quatre avait rendez-vous au Parc du Tremblay.
Amis du long, ce cross était beaucoup trop court pour vous narrer toute une
aventure. Pas d'ice, à peine de boue, pas de mollet entaillé par une pointe
mais un beau rassemblement de la famille athlétique avec tous les âges
représentés.
Les vieux ont ouvert le bal sur 8560m très précisément :
9ème DELAGE Eric 32'16"
20ème PERRIN Hervé 33'30"
88ème BRAMS Alain 39'32"
89ème BURTIN Patrick 39'39" alors qu'il lui semblait avoir franchi la ligne avant Alain ( c'est d'ailleurs une certitude)
En pleine campagne présidentielle notons la belle perf du fils de notre président :
86ème ROUVIERE Clément 6'34" sur la mini boucle 1km180
Cross féminin : 68ème CHAOU Yasmina 27'20" sur les 5km du cross féminin
N'oublions pas Carbo qui courrait et s'est qualifié dans le sept cinq:
31ème CARBONEL Patrick 42'00.

Merci à Michel président de l'AAS Fresnes Athlétisme, et à tous ses membres qui
supportent la section triathlon.


Philippe BARRAUD, Dimanche 21 janvier 2007. Ice trail de 30km en forêt de Carnelle.

La forêt de Carnelle ou la foret de" GAMELLES " on ne sait plus, se trouve au nord de celle de Montmorency, aux confins du Val d'Oise et de l'Oise.
Le terrain y est accidenté, on y trouve d'ailleurs un des points culminants d'île de France avec 210 mètres.
Compte tenu de la relative douceur et des fortes pluies des jours précédents,Le terrain est vraiment glissant, voire très gras, avec des descentes ravinées, des passages en dévers où on peine à trouver son équilibre.
4 ou 5 -0 c'est le score par lequel Gwénaël a gagné : pour son 1er trail, il a été servi.
30km de boue et flaques d'eau. Dans les montées, il fallait marcher pour ne pas redescendre en glissant.
Le temps est superbe, le soleil brille généreusement, et il fait frais.
Certaines montées sont tellement glissantes qu'il est quasiment impossible d'y courir.
Plus loin c'est une succession de troncs d'arbres en travers du chemin qui nous transforment en franchisseurs d'obstacles.
Cela n'a pas empêché Gwénael de finir devant Philippe.
Il lui faudrait des clients plus sérieux, avis aux amateurs...
1er lefebvre 2h17mn 40s cat s, 63ème Gwenael Tristan 2h 55mn 57s, 69ème Philippe Barraud  2h 58mn 58s   sur  217.